Nos ancêtres les Celtes ?

L’enquête Gauloise, de Massalia à Jules César

Jean-Louis Brunaux & Nicoby

La Revue Dessinée & La Découverte

 

L-enquete-gauloiseL’enquête Gauloise, de Massalia à Jules César est le second tome de l‘Histoire de France en Bande dessinée. Pour cette période, le binôme se compose du protohistorien Jean-Louis Brunaux et du dessinateur Nicoby. Le format diffère quelque peu du précédent dans la structure : la période couverte ne permet pas un récit linéaire. La chronologie sélectionnée alterne des séquences d’images (dans lesquelles les auteurs interviennent parfois) avec une partie rédigée.

Sur le fond, L’enquête gauloise présente un véritable intérêt dans le traitement d’un sujet assez confidentiel jusqu’à présent. Une fois encore, la bande dessinée vient au secours des Gaulois. Le spécialiste Jean-Louis Brunaux pose bon nombre de principes de base depuis le distinguo entre Celtes et Gaulois, et l’absence de traces écrites, laquelle entraîne une écriture de l’histoire par l’Autre : le grec Poséidonios d’Apamée copié par le romain Jules César.

Si l’on reste sur la même formule, la période s’étalant de la fondation de Massalia (Marseille) jusqu’au XVIe siècle promet de recevoir un approfondissement mérité, au vu du peu de place accordée dans les programmes d’enseignement du secondaire. Pour L’enquête gauloise, la masse d’information proposée ne trouve pas toujours un découpage graphique adéquat. Le récit en image est parfois délaissé au profit de l’illustration. Cependant, pour tempérer la critique, la synchronisation entre le texte (scénario) et l’image (dessinateur) ne se réalise pas en un album. De plus, la période proposée est vaste (environ 1000 ans), de ce fait, elle est difficile à résumer.

Dans les années 70, l’Histoire de France en Bande dessinée de Larousse privilégiait la narration graphique. Le récit en dessins (avec de belles réussites) primait sur l’aspect pédagogique, contribuant à légitimer la bande dessinée pour adultes. En attendant avec impatience La Gaule Romaine (tome 3), le cycle entrepris par La Revue Dessinée & La Découverte marque une nouvelle étape entre neuvième art et Histoire. Aujourd’hui, l’histoire ne s’apprend plus seulement au collège ou à l’université, L’Histoire dessinée de la France propose une alternative intéressante, un temps d’apprentissage moins fastidieux qu’un récit théorique s’adressant à dix spécialistes, un temps du savoir davantage approfondi qu’un propos télévisuel scandé à 24 images par secondes.

 

Publicités