Dessiner l’Histoire

La balade nationale, les origines

Sylvain VENAYRE & Étienne DAVODEAU

La revue dessinée & La Découverte

 

Dans les coulisses depuis plusieurs mois, La balade nationale est l’aboutissement d’un travail entrepris par la Revue dessinée et les éditions La Découverte. Ce numéro 1 annonce la parution de 20 tomes. Objet hybride dans sa conception, La balade nationale mélange un récit en images avec des pavés de lecture complémentaire. De fait, il ne s’agit pas d’une fiction, ni d’un ouvrage scientifique, stricto sensu. La balade nationale relève du parcours initiatique à l’usage du lecteur curieux, accompagné par des sommités historiques, de Jeanne d’Arc au maréchal Pétain. L’ouvrage ne dispense pas une « leçon d’Histoire », mais relie un ensemble de « faits avérés » par la fiction, et renouvelle l’historiographie en bande dessinée. L’historien se glisse dans la peau du scénariste tandis que l’artiste est mu par la rigueur scientifique.

 

L’histoire par l’image

Balada NationaleL’Histoire de France en Bande dessinée, première série emblématique parue il y a 41 ans chez Larousse, servait de référence. Le neuvième art est alors en pleine mutation. Au format d’époque, 48 pages avec une couverture cartonnée, le titre impose Histoire de France en noir majuscule, sous lequel apparaît en bandes dessinées. Ce premier tome indique un programme consacré à Vercingétorix et à César. Vercingétorix charge la couverture. Victor de la Fuente, le dessinateur, a gravé son nom dans la pierre en bas à droite. Il faut tourner la page pour découvrir les scénaristes Pierre Castex et Victor Mora. Ces derniers reprennent le « roman national », tels des épinalistes. Plus récemment, l’historien Pascal Ory  rappelle le renversement structurel opéré durant les années 70 dans la bande dessinée : on passe d’un personnage (Gaston Lagaffe) à l’auteur (Enki Bilal). Présenté au format d’un manuel scolaire, La balade nationale indique d’abord le nom des auteurs. L’historien Sylvain Venayre  scénarise, la partie graphique est confiée au spécialiste de la non-fiction : Étienne Davodeau.

l-enquete-gauloise.jpgAu-delà des contingences éditoriales, s’opère un changement de signification. Illustrant la même période, la couverture de L’enquête Gauloise,de Massalia à Jules César,(n°2 de la série) présente une nuée de Gaulois sous le regard du protohistorien Jean-Louis Brunaux et du dessinateur Nicoby. Les noms des deux auteurs sont situés en haut de page, au milieu figure le titre dans un phylactère rappelant l’appartenance au neuvième art. En bas à droite, un discret cadre noir désigne Histoire dessinée de la France.

 

L’histoire par la géographie

La balade nationale (t. 1) se conçoit au sens de promenade spatio-temporelle à l’intérieur des frontières, la nation devient espace. Les personnages sont joués par des personnages historiques. À la tête de ce groupe, le guide Michelet, l’historien, donc vieux. Jeanne d’Arc, la jeunette, tombe l’armure et prend ses aises. Marie Curie, l’immigrée polonaise, incarne l’émancipation en devenir. Dumas, le fils d’esclave et le père de l’auteur interprète l’action, la force. Le facétieux Molière joue le rôle de l’artiste et le maréchal Pétain, appelé «vieille ganache», celui du héros négatif, le bad guy. Dans les seconds rôles apparaissent le soldat inconnu, rappel de la Grande Guerre, et Ziad le syrien, personnification de l’actuel migrant et dont la référence au Krak des Chevaliers évoque les États Latins d’Orient (1099-1291). Ce panachage historique, aussi inhabituel dans le récit en général qu’il est anachronique, remplit le rôle pédagogique dévolu au héros ordinaire, bien que Michelet bénéficie d’un léger ascendant sur le reste du groupe, âge oblige.

la_balade_nationale

Les présentations accomplies, des ajustements sont nécessaires, tel le problème existentiel de Jeanne, c’est-à-dire sa représentation en image. Ou celui de Pétain, dont le parcours équivoque s’exprime par l’invisibilité : il demeure dans son cercueil. Venue par la mer, la troupe débarque à Carnac et remonte vers Calais. Le groupe statuaire d’Auguste Rodin Les Bourgeois de Calais ouvre la discussion sur l’utilisation de l’image à des fins politiques. En direction de Paris, les Lieux de mémoire (Saint-Denis, la Bastille) suscitent le débat à l’intérieur du Renault Espace. Sur la route de Reims, Jeanne raconte son sacre, plutôt celui de Charles VII. Le soldat inconnu prend la lumière et rêve de reconnaissance.

Sur le Rhin, Michelet expose :

« Oui, pour comprendre l’histoire, il faut connaître aussi bien le passé que les interprétations qui en ont été proposées ».

La balade se poursuit par la descente vers Marseille avec une pause dans les Alpes, où Dumas père s’illustra en avril 1794. Puis direction Lascaux, avec une pause vérité à Carcassonne afin de démasquer Viollet-le-Duc et sa restauration. Enfin, on retrouve le Puy-de-Dôme, Gergovie sert à déconstruire les mythes créés sous la troisième République : un exercice critique d’historiographie par l’image.

 

Ce numéro 1 balaie 2000 ans d’histoire, le cadre est immense mais l’objectif est atteint. Parfois redondant, le schéma choisi – le côté enquête policière – nous replonge dans l’ambiance du dernier Davodeau, avec des scènes de voiture et d’autoroute similaires. Nombre d’informations, d’« exactitudes historiques » ne sont pas forcément accessibles au grand public. Derrière la forme didactique, la série lorgne vers le ludique. Les blagues de Molière énervent Marie Curie mais devraient tirer un sourire discret à bon nombre de lecteurs et de lectrices.

Publicités

Un commentaire sur “Dessiner l’Histoire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s