Demander la lune

L’Amérique m’inquiète (et autres récits)

Jean-Paul Dubois

Éditions de l’Olivier

 

J.-P. Dubois et son éditeur ressortent 92 papiers ou articles, plutôt 92 histoires. 688 pages, une somme à consommer sans aucune espèce de modération, la nuit comme le jour, dans un bus ou dans le métro.

Des histoires de la Mort pour commencer. Replacé dans son contexte, cela correspond à cette phase vertigineuse du V.I.H., de l’assurance vie revendue pour s’assurer une mort décente jusqu’à cette embardée dans la ville de Key West (Floride), décimée par le virus, et qui continue le show. Un docteur Kevorkian, étonnant thanatologue nous questionne sur notre rapport à la mort. Chaque thématique propose un fait, une aventure, une histoire ou un récit stupéfiant. La religion revient sur la genèse destroy de Waco. Dubois présente un « the Voice » réservé à de jeunes prêcheurs, il nous fait découvrir une invraisemblable église pour routiers.

La partie justice revient sur les procès de la famille Brando, la victoire juridique de O.J. Simpson à coups de millions de dollars. Au chapitre des histoires impossibles à inventer, celle de la start-up spécialisée dans l’auto-enlèvement, avec rançon réglée à la commande. La réussite économique de Vidal Herrera, avec ses autopsies sur mesure ou la terreur des trop méconnus gangs mormons.

« Il sourit comme un gosse qui vient d’arracher les ailes d’une mouche. »

Joe Arpaio, shérif de Maricopa, au nord de Tucson (Arizona) jette des prisons dans le désert : une tente et des sanitaires entourés de gardiens en armes. Et puis les témoignages de bourreau. Les questions du «vivre ensemble» dominent, avec le domaine privé, EPCOT, matérialisation physique et morale de Disneyland.

Autre registre, le docteur Biber, spécialiste international de l’opération transgenre, témoigne :

« {J’ai opéré un transsexuel} … qui s’est ensuite marié à un gynécologue … ce dernier ne s’est jamais aperçu de rien. »

Encore plus fort, l’homme qui vendit la Lune.

Et puis un clin d’œil à Selma Chantz, et la cabine téléphonique plantée au milieu du désert. Pour des raisons pratiques et circonstancielles, la lecture cesse quelques temps après le 11/09 :

« Pour la première fois dans l’histoire des catastrophes humaines, des centaines de victimes ont parlé à des parents ou à des amis jusqu’au dernier moment de leur vie. »

Entre rêve et cauchemar, américain.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s