La lutte finale

L’espion de Staline

Isabel KREITZ

Casterman, 2010

 

 

14-sorge{1941} Claveciniste exilée au Japon, Eta Harich-Schneider squatte chez les Ott, Mr. & Mme l’ambassadeur d’Allemagne. Au cours d’une soirée, elle rencontre le journaliste allemand, spécialiste de l’extrême orient, Richard Sorge.

La musicienne sert de point d’appui autour duquel Isabel Kreitz compose son récit. Pervers narcissique, idéaliste convaincu, Sorge espionne pour le compte des Russes. Utilisant la jeune femme, il fouille les bureaux de la Gestapo à l’ambassade germaine et découvre les préparatifs de l’opération Barbarossa.

Millésimé xxe siècle, Sorge est le prototype de James Bond. Séducteur entreprenant, consommateur d’alcools forts, il martèle les 244 pages de ce roman graphique. Noir et blanc, au fusain, débridé, six cases à la page, le trait précis, Isabel Kreitz équilibre un scénario sur la double fin de vie, exaltante et épuisante, de L’espion de Staline.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s