Les Voleurs de Carthage

 

Le serment de Tophet & La Nuit de Baal-moloch

Appollo & Tanquerelle

Casterman, 2013 & 2014

 

Horodamus le blond et Berkan le frisé sont d’antiques loosers. En introduction de ce dyptique, ils tombent par hasard sur le coup du siècle. Tara la belle leur propose de piller le temple de Baal-Moloch, dans lequel se trouve le trésor de Carthage. Une grosse arnaque que Scipion le général romain viendra foirer avec ses légions.

Volde-Carthago

Deux tomes pour l’écriture d’Appollo et le dessin de Tanquerelle, Les voleurs de Carthage allient la lointaine dimension épique, l’éradication de Carthage en 146 av. J.-C. et le bon coup malhonnête.

Le serment de Tophet présente de façon drolatique le montage du Plan. Une écriture informée et dynamique ne fait pas l’impasse sur les considérations historiques telles que la prééminence de Rome.

La Nuit de Baal-moloch conclut en apothéose cette chronique de fin d’un monde. Tanquerelle, minutieux et précis, alterne cases rapides et pleines pages détaillées, dans lesquelles l’horreur des sacrifices carthaginois fait écho à l’honneur d’un peuple préférant le suicide à la soumission. Grandiose et cruel.

PS : Ne pas négliger Isabelle Merlet aux couleurs.

Publicités

Un commentaire sur “Les Voleurs de Carthage

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s